do it yourself!

La mécanique et le bricolage pour les esprits curieux.

Montage poignées chauffantes Saito II

Démontage du carénage

Pour accéder aux prises accessoires 12V, il faut déposer le flanc gauche de la moto. Le démontage se fait en deux étapes : d’abord le dessus du faux réservoir, puis le flanc.

Ouvrir le coffre puis démonter le couvercle de la batterie, tenu par deux vis cruciformes.

1

Débrancher la batterie en commençant par le moins. Puis défaire la sangle pour sortir la batterie.

2

Les carénages sont maintenus par des agrafes en plastique. Il suffit d’appuyer sur leur tête pour les débloquer. Les réamorcer est tout aussi facile : écarter les pattes de l’agrafe (ici invisibles), pour pouvoir tirer sur la tête jusqu’à la faire ressortir. Elles se rebloqueront ensuite par un léger appui. Si on ne force pas, elles peuvent être manipulées des dizaines de fois.

3

Le dessus du carénage est maintenu à l’avant par deux agrafes et par une vis cruciforme sur l’arrière. Extraire le carénage en le faisant coulisser vers l’arrière de la moto.

4

Derrière le logo Honda se cachent deux agrafes, les retirer.

5

Sur le dessus, ce sont trois vis BTR de 5mm qu’il faudra dévisser.

6

Deux autres à l’intérieur du coffre.

7

La selle est maintenue par deux vis à tête hexagonable de 10mm.

8

Sous l’avant de la selle, retirer les trois agrafes du cache afin de pouvoir le déposer.

9

Une vis BTR de 5mm se trouve sur le côté.

10

Deux agrafes à côté de la poignée passager. Celles-ci peuvent être plus difficiles à extraire, ne pas forcer.

11

Une dernière agrafe sous le passage de roue et une vis BTR de 5mm.

12

A l’avant, une vis cruciforme est cachée derrière le radiateur.

13

Les crashbars Givi vont nous gêner. Désserer la partie plastique et la pivoter est suffisant. Recouvrir les crashbars d’un chiffon, pour éviter de rayer la peinture du carénage plus tard.

14

Le carénage n’est plus maintenu par aucune vis ni agrafe, il reste à le déclipser. Commencer par la petite patte en bas avant de faire celle du haut. Le risque de casse est limité par la souplesse du plastique.

15

Commencer à sortir le haut du carénage.

16

Pour l’avant, deux points d’attention :

  • cette patte en métal qui risquerait de rayer la partie mate
  • la zone de contact avec le crashbar, qui doit être protégée

Profiter de la souplesse du plastique pour ne rien faire frotter.

17

Le flanc démonté !

18

19

Démontage des poignées d’origine

Dévisser les masselottes du guidon en les empêchant de tourner.

20

Retirer les poignées. Si vous ne voulez par les conserver et que vous êtes du genre énervé, un coup de cutter dans la longueur règlera vite l’affaire.

Sinon, on commencera par défaire la poignée gauche, la plus facile des deux.

Elle est encollée mais la colle peut être dissoute en pulvérisant un lubrifiant. Faire tourner la poignée sur elle-même tout en la tirant vers soi. Une fois sortie, la nettoyer à l’eau savonneuse pour éliminer toute trace de lubrifiant et éviter qu’il n’altère le caouctchouc.

21

22

La poignée d’accélérateur demande une autre méthode. Les ergots et votre bon sens vous empêcheront de tourner la poignée sur elle-même. Commencer par défaire le caoutchouc des deux collerettes de chaque côté de la poignée. Tout en injectant du lubrifiant, glisser un tournevis fin entre le caoutchouc de la poignée et le plastique pour la décoller.

23

Adaptation des poignées

Les poignées chauffantes sont fermées à leur extrémité, laissant le choix de remonter ou non les embouts de guidon. Puisqu’ils sont présents d’origine et que leurs masselottes jouent un rôle dans la maniabilité de la moto, j’ai choisi de les remonter. Ça évite aussi d’avoir à trop enfoncer les poignées chauffantes sur le guidon, qui sont déjà plus larges que celles d’origine.

Pratiquer un trou dans la poignée à l’aide d’un cutter et d’une Dremel. Le trou de la poignée gauche doit être légèrement inférieur au diamètre de l’embout de guidon, pour qu’il soit parfaitement ajusté. Sur la poignée droite au contraire, le trou devra être à peine plus large, pour ne pas entraver le mouvement de la poignée d’accélérateur.

24

Commencer par remonter la poignée gauche avec de l’eau savonneuse. Surtout ne pas utiliser de lubrifiant classique. Une fois l’eau évaporée, le savon collera la poignée et l’empêchera de tourner. Avant que ce ne soit le cas, mesurer à l’aide d’un pied à coulisse l’enfoncement de la poignée pour que l’embout de guidon arrive à ras.

25

Les poignées chauffantes étant plus larges que celles d’origine, il faut repercer le guidon pour accueillir l’ergot anti rotation des commodos.

26

Telle quelle, la poignée de gaz est bien trop large pour pouvoir enfiler la poignée chauffante.

Se servir d’un couteau fin et tranchant comme d’un ciseau à bois pour supprimer la collerette ainsi que tous les ergots. En tapotant sur la lame du couteau avec un marteau, cette étape est bien plus rapide qu’elle n’en a l’air ! Ainsi modifiée, le remontage de la poignée d’origine reste possible : il suffira de l’encoller.

27

28

Utiliser du papier de verre de différents grains pour la finition.

29

Démonter les commodos et nettoyer le guidon de toutes les poussières de plastique qui pourraient gêner la rotation de la poignée de gaz. Comme pour la poignée gauche, percer de nouveaux trous pour les ergots anti rotation. Il y a deux trous à faire, un de chaque côté du guidon ; sur l’avant pour le commodo et ici à l’arrière pour la poignée de gaz. La position des nouveaux trous doit être mesurée au pied à coulisse pour être strictement identique de chaque côté du guidon.

30

Après s’être assuré que le guidon est parfaitement propre, graisser la portée de la poignée de gaz, remonter les commodos puis passer les câbles jusqu’au compartiment de la batterie et des prises accessoires.

Raccordement électrique

Le branchement électrique doit se faire derrière un fusible et avec un relais, selon ce schéma :

Schéma relais

Voici mon faisceau d’accessoires, en place depuis un an. Il alimente :

  • en + permanent : la prise allume-cigares située dans le coffre
  • en + après contact : la paire de feux à LED (5W chacun) et les poignées chauffantes (de 10 à 40W)

Un fusible de 5A est correctement dimensionné pour cette consommation totale de 50W.

31

Le bloc de dominos, rangé et vissé dans le compartiment batterie. La prise 12v permanent est à l’abri de l’eau sous une pochette plastique ouverte par le bas.

32

Les fusibles restent facilemement accessibles.

33

Trois positions de chauffe :

  • start : 40W
  • low : 10W
  • high : 20W

34

Le fil d’alimentation de la poignée de gaz doit avoir suffisamment de jeu pour rester libre et ne pas venir se bloquer dans le bouton du démarreur.

35

Publié le 01/12/2014
dans la catégorie do it yourself!.
Dernière mise à jour le 09/08/2018.

Tags : méca moto nc700 tuto

Commentaires

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée sur le site.